Archive for septembre, 2008

Parce que c’est allé vite…

septembre 29th, 2008 by Batiste

Point de départ : Mon appart était devenu un magasin de fringues.

Mais de fringues qui se seraient pas vendues… En gros comme j’ai rien jeté depuis mes 15 ans, il me restait (en vrac) mon pull bleu et bleu, des tee shirts “Lycée Montesquieu” sans plus de forme, et une bonne cinquantaine de chemises (dont la moitié définitivement tachées…). Ma penderie croulait sous des tonnes de fringues, mon placard dégueulait mes premiers costards dont j’avais perdu les pantalons, et j’étais sur le point d’ouvrir une succursale sur le pallier pour exposer mes chaussettes…

Ni une ni une, je me suis motivé pendant 5 bonnes semaines, ai pris mon courage à deux mains et un grand sac poubelle de l’autre, et ai trié mes affaires (une petite larme à l’oeil mon pull bleu et bleu) pour les filer à une assoce du type emmaus…

Jour de chance : une assoce du type emmaus a installé dans la cour de l’immeuble d’en face un petit container pour récupérer les fringues dont les gens ne veulent plus… (Ha ben ça ça tombe bien alors !!).

Je prends donc mon sac poubelle, descends les 4 étages qui séparent le facteur de mon pallier, et traverse la rue pour me retrouver enfermé dehors, séparé du container tant désiré par une grille de type haute et bien fermée.
“Pas grave” me dis-je dans un élan de flemme “je vais laisser le sac poubelle juste devant la grille, le premier quidam qui rentrera se rendra bien compte que c’est des fringues et les apportera une larme à l’oeil jusqu’au container, sacrifiant quelques calories chèrement gagnées pour la bonne cause…”
Je pose donc le sac sur le trottoir et me baroute tranquillement jusqu’à la cave de Jean Romain où le bougre m’attendait pour faire rigoler sa batterie.

2 heures plus tard : le sac poubelle était toujours là… Mais quasiment VIDE !!
Pour tout te dire, il ne restait plus qu’un de mes shorts à rayures bleues et blanches qui a fait le succès de tant de matches de hand, mais dont je comprends que personne ne veuille…
Pas très étonnant quand on voit le nombre de personnes pour les distributions du resto du coeur sur Richard Lenoir ou au Père Lachaise…

“Il y a dans ce pays une fracture…”

Category: Ils existent et ils sont plusieurs | Comments Off

Parce que ça marche aussi…

septembre 10th, 2008 by Batiste

Je sais pas si tu te rappelles, mais depuis un repas à base de coquilles Saint-Jacques, ma voisine récupère les colis qui arrivent pour moi quand je suis au boulot :p.
C’est donc tout confiant que j’ai commandé sur Internet une ribambelle de bouquins qui serviront à tenir droit les autres bouquins de ma bibliothèque et à faire croire aux gens qui rentrent dans l’appart que je les ai lus (en fourbe).

Mais voilà lecteur : ma voisine (qui en plus de faire garde colis est conservatrice d’un fond de photos à la Bibliothèque Nationale) a eu la mauvaise idée de partir à Perpignan pour le “Festival International du Photo Reportage” juste le jour où mon colis devait arriver !!

Je sens monter en toi un irrésistible intérêt pour cette histoire de voisine conservatrice et de colis… Je retiens mon souffle avec toi…

C’est donc jeudi 4 septembre 2008 à 9h11 que le facteur est rentré dans mon immeuble…

- 9h11 (devant les boites aux lettres)
“Pannetier Pannetier Pannetier… Mais où peut-il donc être celui-là ??… Damned (NDLR : le facteur est un peu anglophone) il est au quatrième -le salaud- !! Et sans ascenseur en plus !! -Arghh- la vie ne fait pas de cadeaux, mais mon devoir de facteur m’oblige à monter -Même des escaliers en bois-…”

- 9h58 (deux étages plus haut)
“Pfiou pfiou, il sont hauts les étages… (NDLR : ils sont haut les étages) Je sais pas si j’arriverai au quatrième -avant l’âge de la retraite-…”

- 10h23 (Sur le palier du quatrième)
“RAArrrrgggghhh (NDLR : râle de fatigue) Première porte à droite, à tout le coup il est pas là le gars…”

Driinnnnnggg… (NDLR pour les lecteurs sourds : il sonne)

“Et voilà il est pas là -J’lavais dit- Depuis que les gens travaillent y a plus moyen de les trouver chez eux aux heures de boulot, non mais j’te jure nom de Dieu (NDLR : le facteur est un peu blasphémateur) !! Mais attends voir… Ce gars là… Sa voisine garde ses colis -suite à un repas à base de coquille Saint-Jacques me semble t’il- !!”

Ding-Dong… (NDLR pour les lecteurs sourds : il sonne chez la voisine qui n’a pas la même sonnette que moi)

“-Indédiou- (NDLR : le facteur blasphème en patoi) !! J’ai pas monté tous ces étages pour ça ?!!??!! Il faut que je trouve une solution pour le lui laisser dans un endroit discret où il le trouvera pour sûr… Mais attends voir… Je crois que j’ai trouvé l’endroit idéal…”

Quand je suis rentré à l’appart, le facteur avait bien planqué le colis sous le paillasson pour que mes voisins ne puissent pas le trouver (comme on peut faire pour des clés ou un billet). Le paillasson lui, chancelait à 20 cm au dessus du sol sous un gros paquet qui dépassait de tous les côtés.

Conclusion : Mes voisins n’y ont vu que du feu (alors que si le colis avait été posé sur le paillasson ça aurait été flag), et moi j’ai eu mes bouquins tout de suite !!

Category: C'y possib | 1 Comment »

Parce que tout augmente (mon p’tit monsieur)

septembre 8th, 2008 by Batiste

Résumé des épisodes précédents (post du 6 août) :
Jeanro et moi avons déplacé le “petit” piano qui trônait dans ma chambre jusque dans sa cave (où sa batterie toute en bouleau nous attendait depuis quelques mois) pour pouvoir enfin faire ce que nous n’avions jamais pu faire au lycée : répéter au garage (et rameuter des filles). Quel ne fut pas notre surprise de découvrir que la pièce ne comportait aucune prise de courant… [Lire la suite]

Rendez-vous de Jeanro avec un premier électricien (le 10 août) :
Le professionnel : “Ouai bon va falloir faire une tit’ dérivation et tirer un fil de la lampe là haut ouai…”
Le pigeon : “Ok… Et c’est dur ?” (Tu l’auras remarqué, Jeanro n’est pas un foudre de guerre en électricité)
Le professionnel : “Ouai non, juste faire une tit’ dérivation et tirer un fil de la lampe là haut quoi, chpourrais vous faire ça semaine prochaine”
Le pigeon : “Ha ben ça s’annonce pas mal !! Et ça coute combien ?”
Le professionnel : “Hoaa allez la tit’ dérivation, mettre une gaine et tout… (il regarde le costard de Jeanro qui arrivait juste du  boulot) Boah dans les 500″
Le pigeon : “Francs ?”
Le professionnel : “Euros…”
Le pigeon : “Vous vous foutez de ma gueule ?”
Le professionnel : “Ben vous savez mon p’tit monsieur, on est au mois d’août là, tout le monde est en vacances et vous trouverez personne pour vous le faire…” (véridique)

[Alors là lecteur, une petite explication s'impose : Une "tit' dérivation" c'est très exactement :
- Couper le fil de l'ampoule avec une pince (coupante :p)
- Mettre le fil dans un domino. Dénuder 2 fils et  les faire sortir de l'autre côté du domino
- Penser à mettre le tout dans un boitier de dérivation pour faire propre
- Mettre l'ampoule au bout du premier fil et la prise éclectique au bout du second...
Allez même dans le noir (t'as coupé le fil de l'ampoule je te rappelle donc t'es dans le noir de la cave), avec deux mains gauches et si t'as jamais eu un cours de techno de ta vie, tu devrais pouvoir t'en sortir un une demi-heure...]

L’électricien est donc reparti comme il était venu : en voiture.

Comme le proprio de Jeanro voulait que ce soit fait proprement : rendez-vous de Jeanro avec un second électricien (le 3 septembre) :
Le professionnel : “Ouai bon ben va falloir faire une tit’ dérivation et tirer un fil de la lampe là haut ouai…”
Le pigeon : “Ok parfait !! Et ça coute combien ?” (Tu l’auras remarqué, Jeanro apprend vite)
Le professionnel : “Hoaa allez à vue de nez comme ça… (il regarde Jeanro qui s’était mis en jogging) Boah dans les… 550… Euros !!”
Le pigeon : “Attendez là… Y a 50 euros de matos à tout casser et quoi… 1h de main d’oeuvre ??”
Le professionnel : “Ben ouai !! Mais vous savez tout augmente mon p’tit monsieur” (encore véridique)
S’en est suivi un “Tu sors de ma cave tout de suite” ou truc du genre…

Nous voilà donc fixé sur les prix de Paris : la dérivation dans le noir et à vue de nez c’est 500 euros.
Alors faisant fi de toute remarque du proprio, nous partîmes samedi à casto…

Dans une pub ça donnerait :
- 1 fil électrique : 9 euros
- 1 gaine : 4 euros
- Une pince coupante : 15 euros
- un boitier de dérivation et des dominos : 10 euros
- Un Mc Do pour se remettre de nos efforts : 18 euros
- 2 paires de baguettes : 40 euros
- 3 bouquins de musique : 68 euros
1 heure de boulot à deux dans le noir avec une lampe de poche dans la bouche et organisés comme des otaries bourrées à la bière ça n’a pas de prix… Pour tout le reste il y a les cartes bleues de marque Visa !!

Et les 2 heures de musique qui ont suivi non plus elles n’avaient pas de prix…

Category: C'y possib, Ils existent et ils sont plusieurs, La vie est belle... | No Comments »

Featuring Jean-Claude

septembre 5th, 2008 by Batiste

Né en l’an de grâce 14 238 avant notre ère avec 3 courbures à la colonne vertébrale, Jean-Claude marche debout et ses qualités physiques indéniables lui permettent le langage articulé (et on verra qu’il en profite pas mal…), la chasse, la cueillette et les confections de vêtements sur mesure.

Tu l’auras compris, Jean-Claude est un petit gars né en Dordogne, un homo Sapiens, et il a les mêmes aspirations que nous : la vie, la mort, le bonheur, le coût des SMS et même l’Art sont pour lui des problématiques profondes même si ses conversation quotidiennes sont plutôt orientées vers l’entretien de la grotte et le traditionnel “Qu’est ce qu’on bouffe ce soir (grognasse) ?”.

Mais Jean-Claude a eu la chance de naître à une époque où à peu près toutes les inventions techniques et sociales n’avaient pas été faites… Sur un terreau fertile d’intelligence quasiment sans limite, tout restait à inventer dans l’organisation de la société, le choix des tabous, et la création technique, et je peux te dire que Jean-Claude s’est pas privé.

Un peu frustre (mais sympa) comme savait l’être le paysans dordognais de l’époque, c’est non sans un sens commun empreint de simplicité (hoooo oui Jean-Claude est simple) et de lucidité sur les conséquence de ses actions qu’il a par exemple inventé la peinture sur grotte (la soie n’ayant pas encore été inventée, et l’absence de ciseaux empêchant techniquement de faire des patchworks), l’euthanasie, la technique du “viens par la mon poulet” (qu’on a vu la dernière fois) et la tondeuse à gazon (qui a assez peu servi à l’époque).

C’est en suivant Jean-Claude dans ses pérégrinations quotidiennes que nous verrons comment on été inventés les grands principes qui régissent notre vie et les révolutions techniques qui animent chaque jour que Jean-Claude fait.

“On va se gaver !!” (c) Jean-Claude (-14 212)

Category: Jean-Claude | 1 Comment »

Parce que c’est du marketing…

septembre 3rd, 2008 by Batiste

C’est la stratégie du “Viens par là mon poulet”.
Ca consiste à faire peur et à rassurer derrière… Ma soeur a trouvé ça toute seule quand elle était petite : elle me mettait devant une image qui faisait peur (l’affiche de clown dans sa chambre par exemple), me disait que j’allais me faire bouffer tout cru, et ensuite pouvait me prendre dans ses bras pour me dire qu’elle était là et que ça allait aller…

Des recherches sérieuses et approfondies réalisée dans nos laboratoires ont démontré que cette technique a été utilisée de tout temps pour asservir le gars du coin et/ou lui soutirer de la thune.
Quelques exemples :

1 - Jean-Claude (celui qui a inventé la technique) :
“Au fait Martine, j’ai vu un tigre à dent de sabres roder dans le coin cette aprèm… Je pourrais peut être te prêter un coin de ma grotte et te protéger si t’acceptes de dormir toute nue…”

2 - Quelque religieux :
“T’es au courant que le jour où le passeur va t’emmener de l’autre côté de la rivière (c’est une métaphore pour les paysans de l’époque), les Dieux (ou Le Dieu suivant la chapelle) vont te juger et dans le cas où t’aurais pas été tip-top de ce côté là du fleuve (i.e. de ton vivant (pour les paysans toujours)), il vont te donner à bouffer direct aux molosses qui gardent leurs villas (te balancer en enfer pour les gens du Livre)… Par contre si tu me files à bouffer tous les jours et que tu me donnes un ou deux Ecus le dimanche matin (ou un autre jour au choix) je pourrais leur glisser un mot ou deux…”

3 - Arthur, King of the Britain
“Tu vois de là (la route au loin) jusque là bas (le petit buisson là bas), c’est mes terres !! Et si je voulais je pourrais te péter la gueule… Alors file moi 1/10° de ta récolte et je te protégerai si d’autres voulaient te péter la gueule…” (moins sympa, mais il a une épée dans la main quand il dit ça…)

4 - Un homme politique bien attentionné
“Hein ? Vous en avez marre de toutes ces racailles hein ? Vous avez peur hein ? Et ben on va vous en débarrasser”

Bref, parler aux peurs des gens pour faire passer ses idées ça marche pas mal à court terme, mais c’est profiter de leur esprit primaire et grégaire plutôt que de les élever vers la connaissance (je devrais mettre une majuscules :p) pour prendre des décisions réfléchies et faire avancer tout le monde…
Tu l’auras compris lecteur, globalement j’aime pas ça !!

Surtout qu’en général ça cache une enculade…
Qui te dit que Martine aurait pas aimé coucher toute nue à côté de Jean-Claude s’il lui avait expliqué (en faisant des blagounes) que c’était pour passer un peu de bon temps, et qu’il était pas le plus dégueu de la tribu, et que de leur descendance naîtrait un certain Léonard, génie de son état ??

Tout ça pour en venir à la pub que j’ai reçue hier.
Un magasine qui compare les produits pour que toi, consommateur, tu ne te fasses pas berner par un fer à repasser qui repasse moins bien et consomme plus d’électricité, m’a envoyé une lettre pour que je retourne un coupon qui ferait de moi un abonné.

Normalement, ce magasine se place dans la catégorie des gentils : par des tests objectifs, il informe le citoyen-consommateur sur les objets/crèmes/services qu’il pourrait acheter afin que le choix se fasse en toute conscience et non pas par le truchement que quelque superstition engendrée par les publicitaires.

Mais voilà, ce magasine a un service marketing… Et sur l’enveloppe on peut lire :
“Ce savon dont vous vous servez tous les jours comporte des produits toxiques… Le saviez vous ? Que choisir (merde j’ai dit leur nom) peut vous aider…”
Je traduis pour les paysans de toute époque : “Tu risques crever à cause de ton savon… Mais si tu me files 15 euros pas mois je peux te dire quel savon acheter !!”

Jean-Claude a du avoir un descendant qui a fini à Que Choisir…

PS : Bientôt sur le blog, toutes les inventions de Jean-Claude, ça va poster sec !!

Category: Ils existent et ils sont plusieurs, La vie ne fait pas de cadeaux | 1 Comment »